IMAGINAIRES DE LA MOBILITÉ CULTURELLE DANS LES ÉCRITURES (TRANS)MIGRANTES AU QUÉBEC

Adina Balint

Resumo


À l’heure de la mondialisation, comment repenser les imaginaires de la mobilité culturelle dans le contexte d’appartenances multiples et d’héritages pluriels ? À partir des années 1980, le phénomène littéraire des écritures dites de la migration apparaît comme un courant littéraire fascinant, notamment parce qu’il lie, de manière historique, l’évolution de la littérature québécoise aux grands courants de pensée de la fin du vingtième siècle, définis par le postmodernisme, le déplacement des individus et des populations et le transculturalisme. Des auteures nées à l’étranger et établies au Québec explorent des conditions identitaires qui tendent aujourd’hui à la multiplicité des appartenances et à la reconnaissance de l’altérité. En convoquant les textes de Régine Robin et les explorations de Pierre Ouellet, cet article examine le renouvellement de la littérature québécoise contemporaine, qui intègre les écritures (trans)migrantes et la circulation des idées et des savoirs dans une perspective d’ouverture au monde.


Texto completo:

PDF


DOI: http://dx.doi.org/10.30620/p.i..v8i1.5197

Apontamentos

  • Não há apontamentos.


Pontos de Interrogação - Revista de Crítica Cultural
(Organizada pelo PÓS-CRÍTICA)

Publicação Semestral

ISSN 2237-9681


INDEXADORES




 

FOMENTO/FINANCIAMENTO

 

  Localização dos Acessos: